Cd de Khoren Maden

Onze chants liturgiques arméniens par Koren Maden, soliste et chef de chœur

Captation audio réalisée en 2019. Koren Maden, soliste et chef de chœur de l’Eglise apostolique arménienne de Grenoble et de ses environs – Musicienne : Irina Rafayelyan.

Les onze chants sacrés :

  • 1 – Etchmiadzin
  • 2 – Our es mayr im
  • 3 – Louys zvart
  • 4 – Dernbatseki yerg
  • 5 – Sirt im sasani
  • 6 – Sayln ayn ijaner
  • 7 – Geta Ter
  • 8 – Ter voghormia
  • 9 – Amen Hayr Sourb
  • 10 – Hayr Mer
  • 11 – Hayrapetakan Makhtanq

Captation réalisée à l’église St Gabriel-Archange de Grenoble 1, rue Dupleix à Grenoble.
Captation, fabrication CD : l’équipe technique d’Images Buissonnières Production. Durée de l’oeuvre : 50 minutes.
Produit en partenariat avec l’association Arménie Échange Promotion (AEP) et l’Église apostolique arménienne de Grenoble et des environs, ce CD est disponible à la vente auprès de l’AEP (courriel : catherine.aep@gmail.com).

A propos des chants sacrés arméniens

L’Arménie est évangélisée dès le 1er siècle par deux disciples de Jésus. En 301, suite à la conversion de son souverain, le royaume d’Arménie adopte le christianisme comme religion officielle. Ce choix en fait le premier Etat chrétien de l’Histoire. En 555, l’Eglise apostolique arménienne se sépare de Rome. A travers les siècles, cette église orientale reste fidèle aux enseignements et rites de ses origines.
La langue liturgique arménienne est le kapar ou grabar, c’est-à-dire l’arménien classique du Vème siècle. C’est à cette époque que le moine linguiste arménien Saint Mesrop (ou Machtots) crée un alphabet phonétique adapté à l’arménien resté uniquement oral. Jusqu’alors le clergé utilisait des textes en syriaque ou en grec. L’arménien classique est moins éloigné de l’arménien contemporain que le français ne l’est aujourd’hui du latin de l’Eglise catholique romaine.

Le répertoire des chants liturgiques arméniens est très riche avec un corpus de cantiques en rapport avec les fêtes chrétiennes (Nativité, Pâques, Transfiguration, Ascension, Assomption…). Composés entre le Vème et le XIIIème siècle, aussi bien par des ecclésiastiques que des laïcs, ces chants sont nommés charagans. Ils sont rassemblés dans un recueil : le charaganots.
La messe polyphonique apparaît bien plus tardivement, à l’ère moderne, sous l’impulsion principalement de trois compositeurs Kristapor Kara-Murza (1853 – 1902), Makar Ekmalian (1856 – 1905) et Komitas (1869-1935), lui-même prêtre et ethnomusicologue.

Koren Maden

Né à Istanbul, Koren Maden est enfant de chœur à sept ans. Autodidacte, il intègre à l’adolescence une chorale comme ténor, puis devient soliste. Arrivé à Grenoble en 1972, diacre depuis 2013, il participe tous les dimanches à l’office de l’Eglise Saint Gabriel-Archange. « Le chant religieux a quelque chose de mystérieux et de magique pour moi. Aujourd’hui, c’est une passion. La ferveur est la même dans la joie et dans la peine, le chant ouvre la porte à une palette infinie d’émotions. »

NB : Images Buissonnières Production a également produit un CD d’une messe de Noël arménien.

Les sources pour rédiger l’article

Diocèse arménien de FranceChrétiens orientauxL’Arménie dans WikipediaLe rite arménien dans WikipediaL’arménien classique dans Wikipedia

Rédaction C. Roulet/ J. Posner – Images Buissonnières Production – Mars 2021

Ça vous a plu ?

Partagez avec votre réseau préféré !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print