Journées du patrimoine au château du Touvet : des costumés à la mode vénitienne

Depuis 2011, les Journées européennes du patrimoine sont l’occasion pour le château du Touvet d’accueillir dans ses jardins à la française des personnages magnifiquement costumés et masqués.
Passionnés par la tradition carnavalesque vénitienne, ils sont une cinquantaine à témoigner de la préciosité des fêtes de la Sérénissime au 18e siècle. Flânant dans un décor qui fut lui-même créé à cette époque, ils font revivre ce raffinement. Dans le parc qui leur sert d’écrin, leur présence souligne la beauté des jeux d’eau. Joyaux d’étoffe et de plume, leurs atours soyeux et très ouvragés sont de somptueuses créations originales.

Chaque année, cette initiative rencontre un vif succès. Plus de 2 000 visiteurs viennent profiter des lieux en compagnie de ces hôtes distingués.
Images Buissonnières Production n’a pas manqué ce rendez-vous et l’a filmé. Alors, profitez de cette aubaine en visionnant la vidéo ICI. Et si le sujet vous intéresse, vous pouvez aussi l’approfondir en lisant notre article ci-après.

Le château du Touvet : du château fort à la demeure du siècle des Lumières

Édifié au 13e siècle, à un lieu frontière entre le Dauphiné et le duché de Savoie, le château fort d’origine a vocation à défendre la vallée du Grésivaudan. Il est remanié à plusieurs reprises au cours des siècles suivants pour finalement être transformé en demeure de plaisance au 18e siècle.
C’est également à cette époque que sont créés ses jardins en terrasse. Ornés de bassins et de fontaines aux eaux jaillissantes, ils sont agrémentés d’un spectaculaire escalier d’eau à l’italienne alimenté par les eaux vives de la Chartreuse. Unique en France, cet ouvrage est le chef d’œuvre des jardins.


De nos jours, cette propriété privée, habitée par la même famille depuis plus de cinq cents ans, a conservé des décors, mobiliers, tableaux et souvenirs historiques. Bâtisse et jardins reflètent l’ambiance raffinée du siècle des Lumières et témoignent de l’art de vivre de la noblesse dauphinoise à cette époque.
Les vestiges des anciennes fortifications ainsi que l’escalier d’eau sont classés au titre des monuments historiques. Le jardin est labellisé Jardin remarquable.

Les Journées européennes du patrimoine

A l’heure actuelle, plus d’une cinquantaine de pays, majoritairement européens (mais aussi Taïwan ou encore l’Arménie), organisent chaque année des manifestations dédiées au patrimoine. A cette occasion, de nombreux lieux sont exceptionnellement ouverts au public, des musées sont accessibles gratuitement ou à prix réduits.

L’évènement a pour origine la Journée portes ouvertes dans les monuments historiques créée en 1984 par Jack Lang, alors ministre de la Culture. Le succès de cette manifestation fut immédiat.
En 1991, le Conseil de l’Europe institue officiellement des Journées européennes du patrimoine. L’Union européenne s’y associe et apporte son soutien.
A partir de 1995, un thème général est proposé.
L’édition 2021 est donc la trente-huitième. Elle se déroulera les 18 et 19 septembre et aura pour thème Patrimoine pour tous.

Le carnaval : la tradition

Le carnaval chrétien : une période faste avant les privations du carême

La période du carnaval démarre le 6 janvier et s’arrête entre le 3 février et le 9 mars selon les années. Par conséquent, elle s’étale entre l’Epiphanie (visite et hommage des Rois Mages au Messie) et Mardi gras (veille du début du Carême). La première de ces fêtes chrétiennes est fixe, la seconde est mobile.
Comme son nom l’indique, le carnaval (du latin carne levamen – lever la viande) marque donc la dernière période avant le carême, c’est-à-dire les derniers jours pendant lesquels il est possible de consommer de la viande et des aliments gras.

Le carême chrétien et ses jours-clés

Le carême



Six jours avant

La veille

1er jour

Dernier jour

Du latin populaire quaresima, le quarantième jour, (sous-entendu avant Pâques). Le carême précède donc Pâques, fête chrétienne mobile, toujours située un dimanche, et dure quarante jours. Il débute un mercredi et se termine un samedi.
Il est précédé d’une période festive : la semaine des sept jours gras (ou jours charnels).

Le Jeudi gras. Ce jour de festin se situe le dernier jeudi avant le début du carême.

Le Mardi gras. Il marque la fin de la semaine des sept jours gras.

Le mercredi des Cendres. C’est un jour de pénitence qui marque le début du carême.

Le Samedi saint, veille de Pâques.

La réappropriation de rites païens

Il est cependant admis que le carnaval s’inscrit dans la survivance de très anciennes traditions en rapport avec le cycle des saisons et les rythmes agricoles. Il est l’héritier de rites et de coutumes marquant la fin de l’hiver et le retour du printemps.


Ainsi, dans la Rome antique, fêtait-on du 13 au 15 février Faunus, le dieu de la forêt et des troupeaux. Cette fête pastorale se nommait Lupercales. Dans les pays alpins, comme la Suisse et l’Autriche avec Fasnacht, la Slovénie avec Pust, l’Italie du nord, la France (Savoie), des pratiques carnavalesques procèdent en partie de traditions préchrétiennes. “Déguisements, quêtes et mascarades… Ces pratiques innombrables ouvrent l’autre grand cycle qui annonce la fin de l’hiver et le retour du soleil, celui du Carnaval-Carême. Toutes ces fêtes plongent leurs racines dans de très anciennes croyances et célèbrent des divinités oubliées où la nature occupe une place centrale.” André Pitte in L’Alpe n°10 Fêtes d’hiver.

Le carnaval vénitien et ses particularismes

Du Moyen-Âge à nos jours

Si des pratiques festives carnavalesques sont attestées dès le 10e siècle à Venise, le carnaval est mentionné pour la première fois en 1094 dans un édit du doge de l’époque. Il faut cependant attendre encore deux siècles pour qu’il soit considéré comme une fête publique.
Il atteint son apogée au 18e siècle, alors que le déclin politique et économique de la République de Venise est consommé. Ce déclin s’accompagne par contre d’un intense rayonnement culturel avec une forte influence sur les arts. Venise est considérée comme la ville la plus élégante et la plus raffinée. La notoriété du carnaval est devenue européenne. Des peintres réputés tels Pietro Longhi en font le sujet de leurs tableaux.


En 1797, par peur des conspirations, l’armée d’occupation de Bonaparte (Directoire) interdit le carnaval.
Par la suite, l’Autriche le rétablit mais de façon très encadrée. L’enthousiasme populaire n’est alors plus au rendez-vous et le carnaval décline lentement. A l’aube des années 1970, les masques ont quasiment disparu.
En 1979, des associations de citoyens, la municipalité et diverses organisations vénitiennes décident de relancer le carnaval. Sa réintroduction est officialisée en 1980.

Le moment du carnaval

A Venise, et notamment au Moyen-Age, les festivités pouvaient débuter dès le mois d’octobre. Elles s’interrompaient momentanément pour la période de l’Avent (les quatre semaines qui précèdent Noël), et s’arrêtaient la veille du carême.
Au 18e siècle, le carnaval durait jusqu’à six mois : plusieurs mois en hiver, en mai-juin et en automne.
Aujourd’hui, il court sur dix jours, entre la fin janvier et le début février.

Une triple vocation : sociale, politique et économique

De manière générale, les fêtes en rapport avec la ritualisation des rythmes saisonniers étaient propices à chahuter les hiérarchies sociales, à inverser temporairement les rôles, les masques et les déguisements facilitant la transgression des règles sociales.


Du 12e au 18e siècle, le carnaval vénitien se serait quant à lui efforcé de réguler les pulsions de la société, d’éviter les révoltes, d’encadrer les plaisirs et de canaliser les débordements festifs. Par ailleurs, constituée de sestieri (quartiers) aux identités bien marquées, Venise vit aussi dans son carnaval un moyen de créer et souder la cohésion civique.

Au fil des époques, le carnaval remplit d’autres objectifs : célébrer les succès économiques et politiques de la Sérénissime, montrer au monde son faste et donc sa puissance, puis, lorsque cette puissance déclina, occulter ce déclin par sa durée et sa démesure.
Depuis sa relance officielle en 1980, le carnaval de Venise est un événement très touristique au fort enjeu économique. Il est devenu une manifestation organisée et spectaculaire, une évolution qui s’est faite au détriment de sa spontanéité.

Les masques de la traditions vénitienne

Les historiens estiment qu’au 18e siècle coexistaient quatre principaux types de déguisements :

-ceux inspirés des personnages de la commedia dell’arte (apparus dans la seconde moitié du 16è siècle) ;
-les masques qui exagèrent et déforment de façon burlesque des caractéristiques physiques (dos bossu, menton ou nez proéminent, etc.) ;
-les travestissements qui évoquent un changement d’état (travestissement d’homme en femme, d’homme en animal) ;
-les déguisements qui renvoient à la mythologie, à un univers fastueux, pittoresque.

Aujourd’hui, le masque le plus ancien encore arboré est l’Arlequin, le plus répandu est le Volto qui remonte au 18e siècle. A Venise, où on ne se déguise pas mais où on se costume, nombre de tenues datent de l’époque baroque (17e siècle).

Les sources de l'article

Château du Touvet.
Les Journées européennes du patrimoineWikipédiaSite gouvernemental des Journées .
Le carnaval et le carnaval de Venise
-Wikipédia : Carnaval de VeniseCarnavalVenise .
-Slate.fr : Le carnaval de Venise, une tradition du maintien de l’ordre social .
-El Carretero.fr : Le carnaval, une fête aux couleurs de l’Humanité.
-Cathobel.be : Le carnaval, une fête à l’envers.
-National Geographic.fr : Le carnaval de Venise a longtemps été interdit par la loi.
-Infokiosques.net : Carnaval, la fête qui retourne tout.
-Guide Evasion.fr : Tout savoir sur le carnaval de Venise.
-e-Venise.com : Histoire du carnaval de Venise
-Blog Verdiehello.com : Le carnaval de Venise.
-Cairn.info. Gilles Bertrand- Histoire du Carnaval de Venise.
L’Alpe – N°10 – Fêtes d’hiver (non numérisé).

Rédaction : Christiane Roulet – Images Buissonnières Production – Septembre 2021.

Ça vous a plu ?

Partagez avec votre réseau préféré !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print